Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Voici un sujet toujours assez mal compris des joueurs ainsi que celui de l'utilisation du carton d'ALERTE associé !!!!

1 - APPLICATION au sens du code: On peut se tromper dans l'Application d'une convention!!!!

  • Je résume ceci simplement:  toute enchère d'un joueur peut faire l'objet d'une erreur intentionnelle ou non vis à vis de sa feuille de convention et sans pénalité.

2 - EXPLICATION : On doit être le plus précis possible dans une explication d'une convention Alertée.............. si, et seulement si, les adversaires en demande une explication à leur tour de parole!!!!

  • Je résume: pas de mauvaise explication possible sur une convention décrite dans la feuille de convention de la paire.....sinon pénalité possible par l'arbitre  en cas de préjudice adverse.    

?Utiliser l'ALERTE à bon escient 

Nous sommes sur ce sujet tributaire de la FFB car les conventions s'alertent par rapport à un sytème de référence qui n'est pas défini dans le code international et la F.F.B ne fait plus référence au SEF...................alors que faire????????

EH bien la réponse et en fait très simple et ambiguë, car il faut alerter tout ce que les adversaires pourraient ne pas comprendre et qui n'est pas naturel.......

On lira l'article ci-dessous de O.CHAILLEY qui présente bien le comportement NORMAL à adopter :

N’oubliez pas d’alerter !

10 février 2013 par Olivier CHAILLEY

Combien de fois entend-on à la table « Le texas ne s’alerte pas ! » ou bien « le 2 faible ne s’alerte plus » ? Ces réflexions sont parfois vraies, mais le plus souvent inexactes, surtout dans leur compréhension. Il importe de revenir sur ce qu’est l’esprit de l’« alerte », et son utilité dans le cours des enchères. Je me suis inspiré dans cet article, à la fois de mon expérience à la table, et des explications détaillées que Michel Maître, arbitre national, a excellemment données dans la revue « Le Bridgeur » dans les années 1995. Des précisions supplémentaires ont été introduites en 2000 par la Fédération Française de Bridge (FFB).
Le règlement du bridge, et c’est bien normal, stipule que tous les joueurs autour de la table doivent comprendre le déroulement des enchères, les partenaires comme les adversaires. Ceci est vrai, même si, comme le voudrait le règlement, une feuille de conventions est mise à la disposition des adversaires ou si vous avez expliqué les particularités de votre système avant le début du jeu. Mais même si vos adversaires ont lu votre feuille en long et en large, vous devez alerter tout ce qui n’est pas immédiatement évident pour eux. Ils ne vont pas apprendre en deux minutes ce que votre partenaire et vous-même avez mis cinq ans à mettre au point…
 

Le principe est simple (article 58A) : « Toute enchère artificielle ou inusuelle, ou toute enchère naturelle dont le sens inattendu pourrait surprendre les adversaires, doit être alertée ». A connaître, en complément : « La procédure d’alerte ne doit être utilisée que pour les enchères ; en aucun cas, elle ne doit être appliquée pour signaler une convention de jeu de la carte. Les conventions de jeu de la carte doivent être, par contre, explicitées avec précision sur la feuille de conventions ». On trouve dans le Système d’Enseignement Français (SEF), décrite en Annexe VI, une liste non exhaustive d’enchères qui généralement ne nécessitent pas d’alerte. Souvenez-vous tout de même que les enchères d’essai, l’utilisation de la troisième ou quatrième couleur forcing, les Texas, les ouvertures en canapé et les contres non punitifs doivent être alertés, y compris le contre Spoutnik, inclus dans le SEF, et à l’exception des contres d’appel simples de premier tour.
Tout ceci mérite quelques compléments. Soulignons d’abord qu’on n’alerte pas une convention. Celle-ci n’a pas d’oreille… « Alerter un texas » est une hypallage ou une métonymie qui signifient « alerter les adversaires qu’il s’agit d’un texas ». On alerte donc quelqu’un, et non une enchère.
– Qui alerte ? Evidemment pas celui qui produit l’enchère, mais son partenaire. Et à ce propos, il est parfaitement interdit de signaler à son partenaire qu’il a oublié d’alerter, que ce soit en parlant ou par des mimiques plus ou moins expressives. Il est également interdit de donner spontanément l’explication d’une enchère que l’on vient d’alerter. On doit simplement s’assurer que l’adversaire a bien vu l’alerte.
– Qui doit être alerté ? Tout adversaire dont vous soupçonnez qu’il puisse ne pas comprendre parfaitement votre enchère. Si tout le monde joue le SEF, pas de problème : les enchères usuelles ne s’alertent pas (tout de même, n’oubliez pas les contres non punitifs ni les Texas). Mais si vous êtes devant des débutants, ou des étrangers qui jouent le ♣ polonais, alertez tout ! Les phrases genre « ça ne s’alerte plus » ou « on n’alerte pas le Blackwood » n’ont donc pas de sens. On devrait dire : « Ces adversaires-là n’ont pas besoin d’une alerte pour telle enchère, mais ceux-ci doivent au contraire être alertés ». Ceci souligne l’importance des mots « sens inattendu » de l’article 58A mentionné plus haut. Ceci dépend évidemment de ce que vous savez de vos adversaires et de ce qu’ils savent de vous… !
– Quand doit-on demander à l’auteur de l’alerte ce qu’il a voulu signaler ? Après une alerte des adversaires, rien ne vous oblige à demander quoi que ce soit. Mais cette attitude n’est pas raisonnable, car cela pourrait vous apporter des renseignements précieux. Voici ce qui est (fortement) recommandé : Si l’alerte peut influencer vos propres enchères, demandez les explications à votre tour d’enchères. Sinon, attendez la fin des enchères, mais ne restez pas sans explication. Remarque : Si vous n’êtes pas l’entameur, vous devez attendre l’entame, carte face cachée, de votre partenaire, et demander alors les explications attendues. Le partenaire peut maintenant retourner sa carte d’entame, après votre feu vert.
Quelques exemples pour bien comprendre ce que l’on doit alerter ou non. En principe, les enchères naturelles ne s’alertent pas. Mais l’évolution des habitudes et la diffusion générale de certaines conventions rendent l’alerte de certaines enchères naturelles indispensable :
– Vous ne jouez pas le Stayman (personne ne peut vous y obliger) et, sur 1SA, 2♣ est faible et naturel ; vous devez alerter, parce que cette enchère naturelle est aujourd’hui inusuelle.
– Vous intervenez à 2♠ sur l’ouverture d’1♣ adverse. Si cette enchère est naturelle, indiquant uniquement des Piques en nombre inconnu et en force indéterminée, il n’est pas nécessaire d’alerter. En réalité, cela n’est jamais le cas en pratique. Cette enchère est conventionnellement zonée. Il s’agit soit d’un deux faible, soit d’une ouverture avec six cartes, soit encore, comme cela se pratiquait couramment il y a trente ans, d’un 2 fort à Pique. De plus, on peut moduler en fonction de la vulnérabilité. Aujourd’hui, on entend de plus en plus souvent : « 2♠ faible toute formation ». Dans ce cas apparemment simple, 2♠ peut donc avoir, en force, de multiples significations différentes et aucune d’entre elles ne ressort à l’évidence. Michel Maître pense que cette enchère doit être alertée.
Le bridge n’est pas et ne doit pas être une partie de cache-cache. Tout ce que vous avez appris par une enchère, vos adversaires doivent le savoir également et complètement. De ce qui précède, vous déduisez maintenant clairement tout ce que vous devez alerter à l’intérieur de votre système et de vos conventions. Des détails qui peuvent paraître insignifiants doivent absolument être alertés. Voici des exemples peu évidents :
– Après 1SA-passe, votre partenaire : 2♣ (Stayman). Le SEF stipule que l’on a toujours dans ce cas une majeure exactement 4ème. Si ce n’est pas toujours le cas (parce qu’on fait le texas ♦ à 2SA, par exemple), l’ouvreur doit alerter. De même, si vous jouez le Stayman 3 réponses, ou le Stayman fort, c’est le répondant qui doit alerter la réponse à son 2♣.
– Les changements de couleur à saut dans le silence adverse doivent toujours être alertés. En effet, de nombreuses paires jouent cette enchère faible, d’autres forte et précise. Il est évident que les adversaires doivent le savoir.
– La réponse de 1SA après une ouverture de 1♠ en troisième position peut aller jusqu’à 11 points, mais seulement si vous jouez la convention Drury, dont c’est une inférence. Il faut donc alerter « Mon partenaire peut avoir jusqu’à 11 points d’honneurs ».
– Etc., etc.
Voici une erreur très souvent commise par les débutants : ils viennent d’apprendre leur système, ont bien compris le fonctionnement de l’alerte, et ils s’imaginent donc avoir compris l’enchère adverse, même alertée ! Exemple : après 1♣-1♥-1SA, le répondant dit 2♣ dûment alerté par l’ouvreur. Silence dans les rangs. A la fin des enchères : « Vous ne voulez pas connaître le sujet de l’alerte ? ». « Oh ! Ça va, c’est un Roudi, je connais ! ». En réalité, il s’agissait d’un 2♣ ping-pong ou d’un 2♣ double-deux. Il faut savoir qu’il est interdit à l’auteur d’une alerte de donner une explication qu’on ne lui demande pas. Il commet déjà donc un écart en vous prévenant (pourtant gentiment). Ma recommandation est donc, comme déjà mentionné plus haut, de toujours demander des explications détaillées. Ici, si on vous répond : « Roudi », OK, vous savez…
En conclusion , voici les termes exacts des lois 40B et 75 :

LOI 40
CONVENTIONS ET AGRÉMENTS
ENTENTE ENTRE PARTENAIRES
Loi 40 B – Entente secrète entre partenaires interdite.
Un joueur ne peut pas faire une déclaration ou un jeu de la carte basés sur une entente spéciale entre partenaires, à moins que la paire adverse ne puisse en comprendre la signification de manière raisonnable, ou que son camp n’explique l’utilisation d’une telle enchère ou d’un tel jeu (en accord avec les règlements de l’organisme responsable).

 

Loi 75
AGREMENTS SPÉCIAUX ENTRE PARTENAIRES
Les agréments spéciaux entre partenaires, explicites ou implicites, doivent être complètement et librement à la disposition des adversaires.

 

?On lira aussi l'article de B.GINOUX, qui détaille le sujet des agréments entre partenaire qui lui est très clair dans le code, et qui est assorti d'exemples précis et que je reprend ci-dessous:

Agréments entre partenaires

Erreur d'application ou erreur d'explication ?

par Bertrand GIGNOUX

" Les agréments spéciaux entre partenaires, explicites ou implicites,

doivent être complètement et librement à la disposition des adversaires "

Ces agréments concernent à la fois les enchères et le jeu de la carte. La seule différence est que l'on n'alerte pas durant le jeu de la carte pour attirer l'attention du déclarant sur une entente particulière. Vous aurez, avant de jouer la première donne, prévenu vos adversaires de conventions de jeu de la carte sortant de l'ordinaire. Votre feuille de convention permettra à l'adversaire de connaître vos conventions d'entame, de défausse ou d'appel.

Durant les enchères, vous alerterez toute enchère faisant l'objet d'une entente particulière. Que faut-il alerter ?: Toute enchère dont la signification pourrait ne pas être comprise de manière raisonnable par la paire adverse.Si vous n'êtes pas complètement sûr que votre adversaire a compris la signification de votre enchère, sortez le carton " alerte ". Si vous avez le moindre doute, alertez ! Mieux vaut alerter trop que pas assez.

Lorsque vous répondrez aux questions de votre adversaire, vous dévoilerez tous vos agréments, implicites ou explicites.

Exemple n° 1

Vous jouez la réponse de 1 SA forcing un tour, après une ouverture majeure. Le soutien simple ( 1 P- 2 P) montre donc 3 cartes et 8 - 10 H ; les mains de la zone inférieure transitent par 1 SA avant de rectifier à 2 P. Vous devrez alerter l'enchère de 2 http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/pique.gif%201et expliquer ainsi si besoin : " 3 cartes à Pet 8 - 10 H ; nous disposons d'autres enchères pour les mains de la zone inférieure ".

Les enchères trompeuses et bien sûr psychiques créent fréquemment des problèmes délicats. Rappelons que l'emploi de psychiques n'est pas interdit, sauf dans certaines situations mentionnées dans le règlement national des compétitions. Pour mémoire :

  • les psychiques à l'ouverture dans toutes les épreuves de troisième catégorie ( Espérance, Promotion,...) ;
  • les psychiques à l'ouverture dans une enchère conventionnelle, dans tous les tournois par paires ;
  • En dehors de ces cas, les psychiques sont autorisés ; ils font partie du jeu.

Attention cependant : tout joueur peut enchérir en violant un agrément, s'il a autant de chances de tromper son partenaire que ses adversaires. De plus, s'il n'est pas inconvenant pour un joueur d'enfreindre un agrément annoncé, tant que son partenaire l'ignore, des violiations habituelles au sein d'une paire peuvent créer des agréments implicites qui doivent être révélés.

Exemple n° 2

Le mois précédent, votre partenaire vous avait étonné. Voici la donne complète :

 

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/pique.gif%2016 5

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/coeur.gif%2018 6 5 2

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/carreau.gif%201V 10 9 8 4

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/trefle.gif%201D 5

 

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/pique.gif%201A D V 2

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/coeur.gif%201R 9 4

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/carreau.gif%201A 5

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/trefle.gif%201A V 7 6

N

 

Exemple n° 2

 

S

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/pique.gif%20110 9 7 4 3

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/coeur.gif%201V 10

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/carreau.gif%201D 7

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/trefle.gif%201R 10 9 3

 

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/pique.gif%201R 8

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/coeur.gif%201A D 7 3

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/carreau.gif%201R 6 3 2

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/trefle.gif%2018 4 2

 
 

 

Sud (vous)

Ouest

Nord (lui)

Est

1 K

Contre

1 P!!!

2 T

Passe

2 SA

.Passe

3 SA.

Passe

Passe

Passe

Fin

 

 

Votre partenaire avait entamé le V de K pour la D de K, le R de http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/carreau.gif%201et l'As de K. Le déclarant avait joué T pour le R de T, suivi du 10 de T laissé filé. Nord avait pris de la D de T et remporté les 4 levées à K . Réaliser 5 levées avec ses cartes misérables lui avait rapporté un top, toutes les autres paires ayant déclaré et gagné la manche à P.

L'adversaire agacé avait appelé l'arbitre, qui avait maintenu le résultat. Fort bien. Mais, pour votre paire, plus rien ne sera comme avant !

Non seulement, vous saurez que dans une telle situation, votre partenaire pourrait succomber à la tentation d'enchérir bizzarrement, mais en plu, vous devrez alerter une éventuelle enchère d'une majeure, après un contre d'appel adverse, en expliquant que votre partenaire a déjà produit cette enchère dans une couleur de deux cartes. De surcroît, si vous possédez quatre cartes dans cette couleur annoncée, il serait malvenuet, plus grave, malhonnête de ne pas soutenir votre partenaire.

Il n'est pas besoin d'avoir discuté de la séquence avec votre partenaire, l'expérience du partenariat suffit pour créer un agrément implicite, qui doit être révélé à la paire adverse. Le bridge ne doit pas être un jeu de cache-cache. Tous vos agréments, explicites ou implicites, doivent être complètement et librement à la disposition de vos adversaires.

Si vous avez compris cela, vous comprendrez les points importants suivants :

  • Si vous fournissez à vos adversaires une explication correcte de vos agréments, vous ne commettez aucune infraction, ce qui implique qu'il ne peut y avoir de marque ajustée ;
  • Ce n'est pas le contenu de la main de votre partenaire que vos adversaires doivent connaître, mais la signification, au sein de votre paire, des enchères qu'il produit.

 Exemple n° 3

 

 

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/pique.gif%2018 3

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/coeur.gif%2017 5 2

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/carreau.gif%20110 8 6 5 3

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/trefle.gif%2017 4 2

 

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/pique.gif%201D 10 9 2

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/coeur.gif%201A 10 6

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/carreau.gif%201A D V 7 4

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/trefle.gif%2018

N

 

Exemple n° 3

 

S

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/pique.gif%201A R V 7

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/coeur.gif%201R V 4 3

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/carreau.gif%201R 2

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/trefle.gif%201V 9 5

 

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/pique.gif%2016 5 4

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/coeur.gif%201D 9 8

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/carreau.gif%2019

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/trefle.gif%201A R D 10 6 3

 
 

 

Est

Sud

Ouest

Nord

1 SA

2 T(*)

3 SA.

.Passe

Passe

.Passe

Fin

.

 

2 T(*) = alerté par Nord comme un Landy = bicolore majeur, 9 cartes au moins en majeure.

Sud évite la 4è meilleure et 3 SA chutent de deux, avec le chelem à P en E -O.

Nord croit jouer le Landy, mais pas Sud. L'arbitre est appelé. Que doit-il faire ?

Il doit vérifier les agréments de la paire N-S, en inspectant leur feuille de convention, en les questionnant, et se forger sa propre conviction quant à la nature des agréments de N-S;

1er cas :

Si, de son enquête, il ressort clairement que la paire NS joue le Landy, la paire NS n'a commis aucune infraction. Le résultat sera maintenu, puisque la paire EO a obtenu ce à quoi elle avait droit, c'est-à-dire à un exposé complet et précis des agréments de la paire adverse.

Nous sommes ici dans d'une ERREUR D'APPLICATION.

2è cas :

S'il apparaît que NS ne joue pas cette convention, ou bien que NS sont incapables de prouver qu'ils la jouent ( feuille de convention non remplie, désaccord, ... ), l'arbitre estimera que les explications ne sont pas conformes aux agréments de la paire NS, et qu'une infraction a été commise. Dans la donne actuelle, le score sera rectifié.

Nous sommes ici dans d'une ERREUR D'EXPLICATION.

Mon expérience montre que de nombreux joueurs connaissent les différences entre mauvaise application ( = pas d'infraction ) et mauvaise explication ( = infraction ), et ont tendance à affirmer rapidement s'être trompé dans le cadre de leur système. Un peu trop facile ! Il leur appartient de prouver s'être trompé. A charge pour eux de présenter une feuille de convention aussi remplie que possible, ou mieux encore pour les joueurs de compétition, un cahier sur lequel la paire aura rédigé son système. A défaut, la paire devra convaincre l'arbitre qu'il s'agit d'une erreur d'application. Une telle paire part toujours avec un préjugé défavorable et, dans le doute, l'arbitre retiendra l'erreur d'explication, donc l'infraction.

Pourquoi donc l'erreur d'application peut-elle entraîner une infraction ? Parce que chaque fois qu'un joueur se trompe dans son système, l'alerte ou la non-alerte, les éventuelles explications de son partenaire répondant aux questions d'un adversaire sont autant d'informations non autorisées.

Exemple n° 4

Modifions l'exemple précédent comme suit :

 

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/pique.gif%201R 10 9 8 6 4

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/coeur.gif%2017 5

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/carreau.gif%2015

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/trefle.gif%2019 4 3 2

 

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/pique.gif%2017 5

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/coeur.gif%201R V 4 2

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/carreau.gif%201A 10 9 6 3 2

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/trefle.gif%2015

N

 

Exemple n° 4

 

S

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/pique.gif%201A D V 2

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/coeur.gif%201A D 10 3

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/carreau.gif%201V 8 4

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/trefle.gif%201D 6

 

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/pique.gif%2013

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/coeur.gif%2019 8 6

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/carreau.gif%201R D 7

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/trefle.gif%201A R V 10 8 7

 
 

 

Est

Sud

Ouest

Nord

1 SA

2 T(*)

3 T(**).

4 P

Contre

.5 T

Passe

Passe.

Contre

Passe.

Passe.

Passe.

 

2 T(*) = alerté par Nord : Landy = Bicolore majeur

3 T(**). = correctement alerté par Est : Texas K

Il est établi que la paire NS joue le Landy. LOrsque Nord alerte l'enchère de 2 T et l'explique comme un bicolore majeur, Sud sait que cette enchère a mal été interprétée par Nord. Ceci est une information non autorisée. 

NS n'ont pas enfreint la loi relative aux agréments entre partenaires, puisque Nord a dévoilé correctement ses agréments à ses adversaires. Pourtant, une infraction a été commise. C'est Sud, qui, par son enchère de .5 T, a enfreint la loi relative à l'information non autorisée ( Lire " Communication entre partenaires " ). Ici, Sud doit passer sur 4 P contrés, et le score sera rectifié à 4 P contrés = - 4 , soit 1100 pour EO.

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/4_Couleurs/4_couleurs2.gif

Exercice d'entrainement n° 5

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/4_Couleurs/4_couleurs2.gif

 

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/pique.gif%201R D 5 4

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/coeur.gif%201A 6

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/carreau.gif%201A R V 9 5

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/trefle.gif%2018 2

 

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/pique.gif%20110 3

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/coeur.gif%20110 9 5

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/carreau.gif%2018 7 4 3 2             

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/trefle.gif%201R 5 3

N

 

Exemple n° 4                       

 

S

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/pique.gif%2018 2

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/coeur.gif%201R D V 8 2         

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/carreau.gif%2016

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/trefle.gif%201A 10 9 7 6

 

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/pique.gif%201A V 9 7 6

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/coeur.gif%2017 4 3

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/carreau.gif%201D 10

http://www.webridge.fr/Repertoire%20images/Images2/PCKT/trefle.gif%201D V 4

 
 

 

Nord

Est

Sud

Ouest

1 K

2 SA(*)

3 P(**).

Passe.

3 SA

Passe.

Passe

Passe.

 

Ouest alerte l'enchère de 2 SA(*), et, après demande de Sud l'explique comme étant un bicolore majeur

Nord alerte l'enchère de 3 P(**), et l'explique comme indiquant une tenue à P et demandant une tenue à Cpour jouer 3 SA

Est entame C et Nord réalise 11 levées ( 460 pour NS ) ; toutes les autres paires NS jouent 4 P, et sur entame C encaissent 12 levées ( 480 pour NS ).

Nord appelle l'arbitre. Quelle décision va prendre l'arbitre dans les 3 cas suivants :

1er cas = La feuille de convention de EO indique : 2 SA = appel aux majeures.

2è cas = La feuille de convention de EO indique : 2 SA = bicolore C/ T.

3è cas = La feuille de convention de EO est vierge ?

 

Un autre site qui explique des situations classiques d'erreurs d'APLLICATIONS ou d'EXPLICATIONS :

http://usf.bridge.free.fr/bridge/loi/rubrique17.htm